Retour Accueil - Rocher Saint-Michel d'Aiguilhe, là-haut c'est plus beau Rocher Saint-Michel d'Aiguilhe en Haute-Loire Le Rocher Saint-Michel d'Aiguilhe, membre du réseau des Sites Michaélique

Jubilés

Le pèlerinage à Notre-Dame du Puy culmine dans les jubilés, circonstance irrégulière qui survient seulement en cas de coïncidence du Vendredi Saint avec l’Annonciation, le 25 mars, et qui attire au Puy des foules considérables à partir du début du XVe siècle. Aiguilhe est régulièrement citée à cette occasion chaque fois que la documentation est un peu abondante dans les relations laissées par la source unique, le chroniqueur Etienne Médicis.

 

Dans la ville murée du Puy des circulations forcées sont ménagées autoritairement pour éviter les bousculades, jusqu’à l’expulsion des pèlerins hors murailles. Hors les murs à quelques centaines de mètres le bourg d’Aiguilhe est le débouché des foules sorties. La foire qui accompagne l’événement se déroule principalement hors la ville, donc entre celle-ci et Aiguilhe. La visite à Saint-Michel fait donc au moins partie d’une “visite libre” après les parcours forcés de la partie officielle du jubilé. Elle n’est pas sanctionnée par des indulgences particulières. Mais la topographie extraordinaire du site impose quand même des contraintes pour assurer la sécurité des foules pèlerines.

 

 

Lors de certains jubilés on est allé plus loin. En 1418, parmi les sept autels proposés aux pèlerins par les chanoines, pas moins de trois sont situés à Aiguilhe : un à Saint-Clair, un à Saint-Gabriel, un à Saint-Michel même : la part faite au sanctuaire d’Aiguilhe est donc à peine inférieure à celle de la cathédrale dans le dispositif.

 

Aussi en 1524 la chapelle Saint-Michel au sommet du rocher d’Aiguilhe fait partie du circuit proposé. Deux chanoines ont été commis à son gouvernement. L’un se tient en bas vers la chapelle Saint-Gabriel, l’autre en haut des marches.

Chacun veille sur un tronc à offrandes. Les chanoines ont ordonné aux « virades » de l’escalier plusieurs commis armés de bâtons pour séparer les montants des descendants. Peu de pèlerins se dispensent de cette montée “peineuse”, « pour la merveille du lieu que gens estrangiers désirent moult à voir ». Ils « tournoient » au sommet autour de la chapelle, « ainsi qu’on fait ».

 

Médicis se fait critique pour la suite. Certains ont la curiosité d’aller voir en contrebas le « saut de la pucelle », “sot mistère”, et en emportent de la terre en quantité, s’attirant de la part de Médicis le reproche de “fatuité”, pas dans le sens actuel. Ils y trouvent aussi un bassin à monnaie disposé par les habitants, ce que le chroniqueur n’approuve pas davantage.

 
Logo Rocher St-Michel d'Aiguilhe 04 71 09 50 03 contact@rochersaintmichel.fr
facebook twitter reseau des sites tripadvisor
Mentions légales | itnt.fr